Comment gérer le stress au travail ?

Introduction

Vous vous sentez débordé, fâché, irrité, vous ne dormez pas tranquillement ? Si la réponse est oui, il y a de grandes possiblités pour que vous souffrez de stress… Voyez comment transformer cette énergie passive en un stress qui est « bon » pour créer l’équilibre et la sérénité dans votre travail.

Projets à enchaîner, dossiers à régler en urgence, mails et autres alertes qui ne cessent d’intervenir sans que vous n’ayez la capacité d’y répondre car vous manquez du temps, entretiens à réaliser, réunions à programmer et organiser, intéractions dans votre équipe, pression hiérarchique, objectifs à atteindre… Autant de tâches exerçant une influence sur votre travail.

1. Maîtriser la pression

Si le « bon » stress est un facteur réel de performance, la pression peut facilement empoisonner votre vie dans un court délai et vous faire amener rapidement vers l’épuisement professionnel.

De même, avant d’arriver à ce point irréversible, il est intéressent de bien comprendre ce qui vous agite et vous occupe au-delà du raisonnable. Viendra par la suite le temps de maîtriser certaines techniques très intéressantes (respiration, prise de pauses, marches…) pour gérer convenablement ces pressions nerveuses et faire de ce stress un moteur d’efficience et d’énérgie positive.

2. Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est défini par une situation induite par des perturbations (corporelles, psychiques, émotionnelles) – qui deviennent des véritables agressions qui varient en fonction de l’intensité sur notre corps. Le stress peut engendrer plusieurs conséquences, positives ou négatives. Aussi, s’il est naturel de trouver des contraintes quelconques au travail, il faut alors ne pas se laisser submerger jusqu’au surmenage et finir par un burn-out.

On peut distinguer 2 types principeux de stress , distingués selon leur intensité :

2.1 Le bon stress

De courte durée, il est créé par une légère mise sous tension et est caractérisé par une motivation positive qui évolue. Un coup de pouce qui peut permettre d’une façon temporaire de se dépasser pour atteindre l’objectif fixé (raisonnable au préalable). L’enthousiasme et l’énergie entraînés par ce stress seront partagés avec l’entourage et auront un rôle directeur, également pour un manager en gérant ses projets d’équipe.

Une fois la tâche réussie, on ressentira la satisfaction à propos du travail exercé, de sûreté et d’accomplissement. Le manager qui subit le bon stress n’aura aucun problème à supporter par la suite (et à transférer à son équipe) un repos qu’il considèrera « mérité ».

C’est ici que manifeste la différence avec le mauvais stress qui, quand on est impacté, supporte et arrête toute prise de recul ou un repos.

2.2 Le mauvais stress

Purement plus brutal, latent et la plupart du temps ignoré, le stress négatif (mauvais) s’installe, lui, dans la durée et dégrade progressivement son hôte : fatigue, irritabilité, problèmes de sommeil, perturbation alimentaire, manque de concentration… La pression (de grande intensité avec des apparences trompeuses) est continue et évolue exponentiellement.

Au delà de l’alimentation en énergie positive, le mauvais stress peut se manifester aussi par son rinçage, épuisement, usure, et parfois son effet mortel.

Il est ainsi primordial de s’entrainer à le gérer pour pouvoir le stopper au bon moment.

3. Comment gérer la pression au travail ?

Théoriquement, la gestion de stress paraît très facile…Réellement et quotidiennement au travail, c’est autre chose ! Il existe néanmoins quelques techniques qui peuvent améliorer notre qualité de vie professionnelle et nous rendre plusieurs services :

  • Déterminer la source de ces tensions : identifiez les mauvaises habitudes et la source du stress que vous avez (troubles de sommeil, ambiance dans le lieu de travail, pression hiérarchique, collègue qui rend votre vie empoisonnée et insupportable, harcèlement de tout genre…).
  • Prendre du recul : lorsque vous vous sentez submergé, votre tête va tourner et ressasser toutes les tâches à réaliser, les rapports tardifs, les mails auquels vous ne pouvez pas répondre dans le temps, l’appel téléphonique que vous devez faire à un collaborateur de projet, la réunion hebdomadaire à préparer pour l’équipe..etc. Tout cela augmente davantage votre sentiment d’être complètement débordé et paralysé. Concentrez-vous dans ce cas sur le moment actuel, respirez profondément et reprenez la main. mémorisez vos tâches les plus urgentes, vous y verrez déjà plus clair.
  • Définir les priorités : apprenez à ordonner les tâches prioritairement et essayez de réduire voire de supprimer toute forme de procrastination, tout cela augmente le stress. Il vaut mieux définir les dossiers et les tâches qui méritent être traités plus rapidement et ceux qui suivent au niveau de l’urgence, plutôt que de tout ajourner.
  • Faire une pause : quand vous apercevez que la tension augmente gravement, prenez une pause (prenez un souffle d’air si c’est possible, faites quelques pas à l’extérieur de votre bureau, buvez de l’eau, faites des légers étirements musculaires en respirant…). Vous ne pouvez pas progresser dans un dossier et votre cerveau est ressenti en panne ? Laissez votre chaise et faites quelques pas ou bien abandonnez temporairement ce dossier et prenez un autre, au retour à ce premier vous trouverez peut être la solution. Apprenez la prise de repos loin du travail et la déconnexion en dehors du bureau.
  • Éloigner les sources de perturbation : le bruit, la température très basse ou très élevée par exemple, sont des sources stressantes. Essayer donc de bien aménager votre espace de travail pour le rendre plus ergonomique et propice au travail. Vous manquez du calme pour travailler plus tranquillement ? Une petite action de Fermeture de la porte de votre bureau peut couper certains bruits gênants… Si vous travaillez en open-space, vous pouvez utiliser un casque (vos collègues doivent le savoir en tout cas !).
    Essayer de ne pas vous disperser : un seul dossier en même temps (à condition que vous ne soyez pas parmi ceux qui doivent travailler sur plusieurs éléments à la fois pour pouvoir progresser !).
  • Apprendre à dire non : exprimer un refus quand l’acceptation devient néfaste pour vous est indispensable. Vous possédez déjà plusieurs dossiers en cours et on vous en rajoute un qui a un degré d’urgence plus élevé… Prenez votre temps de réfléchir avant de répondre. Si ce dossier n’a pas une vraie priorité et/ou qu’un autre collaborateur peut le traiter, vous pouvez refuser avec toute politesse et intelligence; évitez les surcharges inutiles et gérez le temps de façon équilibrée.
  • Faire Déléguer : vous tentez de tout faire tout seul par fierté, par souci de performance ou pour ne pas surcharger vos collègues alors que certains entre eux sont capables de traiter certains points et vous serez reconnaisants en cas de réalisation ? Prenez une pause et apprenez à déléguer ! C’est une compétence indispensable pour le manager ! Personne ne peut réussir tout seul…

4. Quelques techniques de gestion du stress

Savoir gérer le stress est une pratique qui a besoin d’un bout de temps minimal ainsi que des applications régulières. Voici quelques chemins à explorer pour booster votre sérénité et votre bien-être au travail :

4.1 Avoir une bonne hygiène de vie

C’est essentiel pour équilibrer sa vie, tant sur le plan personnel que professionnel ! Apprendre la gestion de stress débute par prendre soin de soi, également :

  • Optimiser son alimentation : réduisez les excitants (caféine, théine…), mangez des plats équilibrés, en quantités modérées, méfiez vous de l’alcool et de la nicotine.
  • S’occuper de son sommeil : écoutez bien les signaux que transmet votre organisme et repérez votre rythme intérieur. Si votre horloge biologique vous signale qu’il est bon moment de dormir, essayez de respecter cette alerte.
  • Construire un rythme de vie adapté : soyez en harmonie avec vos valeurs et avec vous-mêmes.
  • Bouger : faites des marches à pieds, du sport, voyagez… Exercez cette énergie excessive positivement ! Cela ne fait pas bien sûr disparaître les sources de vos pressions, mais ça peut vous aider à vous sentir mieux. Votre capacité mentale sera entièrement occupée par cette activité physique plutôt que concentrée sur les soucis.
  • Déconnecter : il est important de savoir éteindre votre ordinateur, téléphone, tablette..etc ; de ne pas visiter votre boite mail à l’aube et avoir continuellement l’attention sur vos notifications différentes et variées pendant toute la journée. Créez des moments où vous soyez complètement injoignables (moments pour la famille, les amis…) et essayez d’avoir la capacité de vous ressourcer, recharger vos « batteries faibles » au delà des tracas professionnels.

4.2 Des exercices pour retrouver équilibre et sérénité

Loin des bases d’une vie en équilibre et sérénité, il existe une grande panoplie de solutions pour affaiblir le stress de façon pérenne et en particulier apprendre la prévention avant la guérison. Parmi ces solutions, on trouve les pratiques suivantes :

-Retour et reconnexion à la nature : comme les bains de forêt (sylvothérapie), les balades en montagne, sur les côtes de mer, dans la forêt (fait naturellement réduire le cortisol sécrété à cause de stress), écouter les oiseaux..etc.

-Respiration : pratiquer régulièrement des exercices de respiration est très bénéfique, également dans les cas « d’urgence » (crise de panique, angoisse, trac…).

-Rire : Rire avec modération permet, entre autres, de régler le rythme du cœur et stabiliser la pression artérielle (au contraire de ce que peut faire le stress exactement). Apprenez à vous amuser de petits trucs, pratiquez l’autodérision, utiliser de l’humour (bien sûr dans le respect des autres et la bienveillance), récupérez votre « âme d’enfance »… L’effet sera efficace moralement, et sur votre forme aussi. Tout en étant communicatif, le rire est un bon remède contre les mauvaises ambiances.

-Relaxation : les pratiques sont multiples et les offres dans ce secteur sont désormais nombreux.

-Méditation : ici aussi, les méthodes sont nombreuses. A chacun de trouver celle qui lui convient : pleine conscience, contemplative, mindfulness…

Laisser un commentaire