Le management de l’innovation

Introduction

Le management de l’innovation est la mise en place des techniques et outils de gestion qui peuvent assurer les conditions favorables au développement d’innovations sur le plan pratique. En management de l’entreprise, l’innovation est parmis les besoins principaux de l’entreprise, ce besoin est considéré comme une fonction transverse qui a pour objectif d’assurer la production d’innovations le plus que possible, c’est-à-dire d’offres innovantes. L’innovation est, dans cette situation, un processus managérial qui consiste à développer concrêtement l’existant de façon continue.

1. Le management de l’innovation

Le management de l’innovation est de l’innovation. Il est important ici de se retourner vers les concepts de base de ces deux mots clés : management et innovation.

2. Un Exemple

2.1 Définition de l’innovation

Selon Sandrine Fernez-Walch et François Romon, « L’innovation est un processus extra-intra et inter-organisationnel, délibéré, qui conduit à la proposition et à l’adoption sur un marché ou à l’intérieur d’une organisation, d’un produit nouveau ».

Le produit peut prendre plusieurs formes : bien physique, service, savoir-faire…Ce processus permet à l’organisation (par exemple l’entreprise) de développer son positionnement stratégique, ses compétences clés, ses savoirs, et ses savoir-faire.

Et d’après l’AFNOR : « L’innovation est un processus qui conduit à la mise en œuvre d’un ou plusieurs produits, procédés, méthodes ou services, nouveaux ou améliorés, susceptibles de répondre à des attentes implicites ou explicites et de générer une valeur économique, environnementale ou sociétale pour toutes les parties prenantes ».

2.2 Management de l’innovation

Selon Sandrine Fernez-Walch et François Romon (paraphrasant de Wot, 1970) : « le management de l’innovation, c’est la gestion plus la décision, avec toutes les responsabilités qui en découle, concernant l’activité d’innovation de l’entreprise ».

Ils précisent : « le management de l’innovation est l’ensemble des actions conduites, des choix effectués et des structures mises en œuvre par une entreprise en interaction avec son environnement économique et social, pour favoriser l’émergence, décider du lancement et mener à bien ses projets d’innovation ».

Selon la norme FD X50-271 de l’AFNOR (décembre 2013) : « le management de l’innovation est un processus qui définit pour une organisation (ou un ensemble d’organisations), les actions, les choix et les structures dans le cadre de son management général, pour favoriser l’émergence, décider du lancement et mener à bien ses projets d’innovation. Les actions et les décisions de management de l’innovation se déploient à deux niveaux de responsabilité de l’organisation : le management stratégique de l’innovation et le management opérationnel des projets innovants».

3. Techniques du management de l’innovation

Les techniques de gestion de l’innovation (IMT) et d’organisation ainsi que les outils de travail permettent à une entreprise d’optimiser son pouvoir d’innovation. On peut citer par exemple :

  • L’innovation ouverte : mode d’innovation reposant sur le partage et la coopération entre les entreprises.
  • Le crowdsourcing.
  • Les lead users.
  • Le design thinking.
  • Le brainstorming et le challenge-storming.
  • La co-idéation.
  • ..etc.

4. Les équipes d’innovation

4.1 Le management de projet

Généralités

Le management de projet est défini par la gestion d’un projet qui peut être pris en charge par une personne ou même une équipe, voire plusieurs équipes ou bien plusieurs organisations. Un projet se base souvent sur un produit ou un service, et a un objectif, un budget et un délai.

Le projet peut à une autre étape être segmenté en plusieurs « sous-classes » qui vont assurer une meilleure précision des objectifs à atteindre et de fragmenter le travail.

Ces parties sont produites relativement d’une façon simultanée, elles sont concourantes et peuvent être « modulables » si on s’aperçoit qu’une partie demande plus de ressources que des autres.

Dans l’innovation

Si on choisit un produit « classique », alors il doit respecter des condition à propos de son coût, sa qualité et le délai de sa conception. Ainsi, sa conception va plus aisément se rapprocher des chemins déjà explorés, plutôt que de nouvelle procédures qui mènent à l’innovation.

Si une compagnie fabrique des voitures thermiques, elle va donc acquérir des bonnes connaissances dans ce domaine et pourra arriver plus facilement à produire une autre voiture, car une quantité importante des connaissances est déjà assimilée par le personnel.

Or si cette société pense à fabriquer des voitures électriques, il faut alors essayer d’innover si elle n’a pas de connaissance sur le sujet. Ainsi, elle aura besoin de plus de temps à mettre en place. Ce projet sera par conséquent plus difficile, plus durable dans le temps et coûteux, et donc sera plus probablement écarté.

Cet exemple montre pourquoi les start-ups réussissent avec des produits dits d’innovation de rupture, car elles partent d’un niveau presque commun avec les grandes compagnies du même domaine.

Le management de l’innovation par le projet, dans le cas où le projet en question soit innovant en lui-même est un peu flou. En effet, dans un projet appelé « innovant » avec un objectif d’innovation de rupture ou même d’innovation incrémentale, l’objectif, le budget et les délais ne sont pas clairement précisés.

C’est pour ça, la réalisation du projet devient plus complexe. L’innovation étant quelque chose qui n’a jamais (ou peu) été réalisée, il s’agit donc de peu d’informations sur la problématique et il faut essayer de faire plus de recherches pour collecter les informations sans par contre que ça reste de la recherche seulement.

L’innovation est à la base un processus d’exploration qu’on ne sait plus où il va nous amener. Il faut donc pour atteindre un objectif, se limiter par les possibilités d’exploration, pour ne pas s’éloigner.

L’approche fondamentale de l’innovation est de définir les zones de conception à explorer, le projet peut aboutir dans un espace de conception bien défini, comme dans une nouvelle zone de conception, puis va continuer son avancement à partir de là.

C’est pour ça il arrive souvent qu’on explore beaucoup de solutions d’une manière rapide pour voir celles qui méritent l’intérêt, et partir de là. En parallèle, les objectifs vont s’envisager, en même temps en tant qu’informations à explorer que d’autre projet à démarrer en développement à l’aide de ces informations.

Une méthode est la gestion d’un portefeuille d’études. Il faut ainsi gérer ce portefeuille pour faire parallèlement avancer le projet.

Dans L’innovation, on ne cherche pas à faire que de la R&D, où la recherche ne va pas servir d’une façon directe un but bien défini et le développement ne sera fait que lorsque la recherche sera terminée.

Dans le domaine de l’innovation on parle plus de RID – Recherche, innovation et développement – où l’innovation est une zone indépendante qui vise à fusionner la recherche et le développement.

Dans cette vision, l’innovation doit amener en même temps les deux pôles (R&D) pour arriver avec une idée finalisée en ajoutant des valeurs et des savoirs-faire au développement et en enrichissant le recherche avec de nouveaux concepts.

Enfin, il na été jamais facile de définir un objectif précis, le projet va démarrer et le but avec les différentes étapes successives, vont se déterminer au cours de l’avancement.

5. Le processus d’innovation de produits

En Marketing, l’innovation d’un produit est la mise en place d’un nouveau produit ou à l’introduction d’une nouveauté dans un produit déjà existant. Ce processus est dit : « conception de produit » et, aux États-Unis, « New Product Development Process » (NPD).

L’innovation permet d’arriver à des nouveaux clients, de fidéliser les anciens et de périmer les produits concurrents. Néanmoins, elle va grandir l’image de la marque et la valeur de l’entreprise en innovation.

Il existe plusieurs points de vue concernant la nécessité et l’efficacité d’un processus d’innovation produit:

  • Les opposants : défendent que l’innovation ne doit pas se laisser domestiquer et que tout repose sur la sérendipité (Aspartame, Viagra,…), ce qui est relativement existant dans le domaine de la chimie (Nylon par exemple).
  • Les défenseurs, contrairement aux autres, insistent que, malgré l’importance de la sérendipité et le hasard, on peut favoriser l’arrivée à des bonnes idées pour en faire une offre (commerciale ou non).

5.1 Les étapes du processus d’innovation

Parmi les défenseurs, plusieurs différents processus ont été proposés : linéaires, bouclés, à plusieurs branches,…Mais la plupart commencent par les idées précises et terminent par le lancement d’une offre avec son suivi.

Il existe plusieurs nomenclatures : pipeline de l’innovation (innovation pipeline), innovation funnel (parfois dit « entonnoir » de l’innovation)..etc. Par exemple, ce processus d’innovation :

  1. Idées : Production et choix des idées.
  2. Concept : Étude du potentiel économique, la définition de marchés et la selection des projets qui seront mis en place.
  3. Faisabilité du projet : Création de l’équipe, conception technique, marketing, R&D, …
  4. Industrialisation : Essai sur les lignes, effectuer la phase d’industrialisation et la finalisation…
  5. Lancement : Présentation de produit, étude de marché…
  6. Contrôle de tout ce qui précède.

5.2 La chaîne d’innovation marketing et ses étapes

L’innovation en matière de services et de biens résulte d’une série d’innovations marketing spécifiques (innovation funnel).

Cette série est issue des besoins non satisfaits des consommateurs ( biens et services : grand public et entreprises pour les biens et services professionnels).

Elle contient quelques étapes dont chacune permet de filtrer et donc garder ou supprimer des chemins innovants et de les enrichir.

En partant d’un ensemble de besoins qui n’ont pas été satisfaits à partir des « Consumer insights « , la chaîne d’innovation marketing cherche à satisfaire les besoins des consommateurs par un fond de biens ou services qui, s’il est visiblement  » Innovant  » de la part de la cible et économiquement viable, est par la suite lancé.

Une chaîne d’innovation marketing est basée sur les différentes étapes suivantes :

  1. Chercher des idées (liées à des besoins non satisfaits)
  2. Présentation sous forme de problématique de ces idées sous forme de Consumer insights.
  3. Conception de produit, c’est-à-dire un concept de service ou de bien.
  4. Vérification et évaluation du concept produit
  5. Mettre en place le prix de ce produit suite à une étude
  6. Vérification du potentiel de marché à partir d’une étude ( étudier le volume de ventes qu’on peut avoir pour un tel concept avec un prix bien défini)
  7. Mise en place du packaging (biens matériels)
  8. Lancement.

5.3 L’innovation en pratique

L’innovation est le résultat de travail de plusieurs compétences diverses. Un collaborateur isolé ne sera probablement pas « innovant » ; au mieux il sera inventif et créatif. C’est la collaboration de toute une équipe créative qui mène à l’innovation.

A titre d’exemple, un ingénieur quelque part doit posséder une conscience des mécanismes qui contribuent à l’établissement de l’innovation performante de son organisation qui est l’entreprise ainsi que se doter d’une bonne optique de l’environnement de l’innovation de celle-ci.

Cette compréhension globale de l’innovation doit diminuer le manque de discussion fréquente entre les différents compartiments de l’entreprise (R&D, marketing stratégique, projets de développement, RH…) dans la veille et la coopération en stratégie innovation.

Parler innovation est devenu aujourd’hui, parler en termes d’organisation innovante. relier les diverses fonctions de l’entreprise et ses collaborateurs de l’innovation, dès l’amont du cycle, en réfléchissant dans le monde des utilisations et des expériences clients, en créant une culture d’innovation et des motivations et évaluations claires pour changer et contrôler les habitudes quotidiennes.

Pratiquement, les techniques de l’innovation produit peuvent être mises en place selon 3 niveaux :

  • 1er niveau : reléver les défis en matière d’innovation dans la stratégie générale de l’entreprise : organisation, R&D, marketing ;
  • 2ème niveau : mettre en place et valoriser des idées de créativité et de bonne qualité : open-innovation, utilisateurs et scénarios d’usages, outils, team-working ;
  • 3ème niveau : mise en place de l’innovation au niveau de toutes les phases de la conception : éco-innovation, création de valeur, systèmes complexes, etc.

5.4 Développer son potentiel d’innovation par les réseaux

Pour Bien exploiter le potentiel d’innovation qui est généralement sous-estimé et peu considéré, il est indispensable de structurer son processus d’innovation et sa façon d’organiser son travail.

La GRH peut facilement faciliter la créativité et l’originalité dans l’entreprise et respecter toutes les idées. La façon avec laquelle on doit organiser l’entreprise doit permettre le contrôle méthodique des projet, et la collaboration des différentes fonctions de l’entreprise (Marketing, R&D etc.).

Chaque fonction de l’entreprise doit comprendre son savoir-faire technique et savoir le valoriser pour le bien exploiter, se préoccuper mieux des outils de travail et former son personnel d’une façon continue et efficace. L’entreprise élargie (fournisseurs, clients et autres parties prenantes) est obligée de s’intégrer dans tous les processus (production, conception, logistique…), par l’intégration dans des réseaux fiables pour rester en veille et se faire connaître.

Références

  • Sandrine Fernez-Walch et François Romon, Management de l’innovation. De la stratégie aux projets, Vuibert, 2013, 3e éd.
  • Thomas Loilier et Albéric Tellier, Gestion de l’innovation : Comprendre le processus d’innovation pour le piloter, EMS, 2e édition revue et augmentée, 2013.
  • Afnor Normalisation, FD X50-271. Management de l’innovation – Guide de mise en œuvre d’une démarche de management de l’innovation, Afnor, 2014.
  • Hélène Delacour, Sébastien Liarte, Management stratégique de l’Innovation, Économica, 2014.

Laisser un commentaire