Comment créer une entreprise ?

Comment créer une entreprise ? à la base de toute création existe une une idée. Néanmoins, pour que le succès soient là, il est important de bien ficeler son projet en s’occupant d’en travailler toutes les étapes en amont. Mais on commence par où ?

S’il est intéressant de connaître les différentes catégories d’entreprise possibles et de déterminer la forme juridique la plus appropriée à votre activité, il est tout aussi important :

➪Anticiper les coûts associés, de s’informer des procédures à accomplir et de croiser de futurs partenaires.

étudier le marché, mettre en place un budget prévisionnel et un plan financier…

L’ensemble de votre étude débouche sur un business plan cohérent, synchronisé avec votre projet (Consultez des exemples de business plans et des ressources pertinentes en cas de besoin).

I. Trouver des appuis externes

Nous pouvons faire appel à des personnes de l’extérieur qui peuvent nous accompagner, nous épauler et distiller quelques conseils efficaces durant cette étape principale de notre projet ? Des aides excellentes à demander sans réserves.

à noter aussi que si votre conjoint vous aide toujours dans votre affaire, il faut qu’il adopte un statut.

Immatriculation, statut juridique de créateur, fiscalité, erreurs rencontrées de façon fréquente…sont autant de points rencontrés et traités ici pour vous assister à y voir plus clair.

II. Trouver une idée

L’aventure commence généralement par une idée…

Vous possédez l’esprit d’entreprise, vous voulez établir votre propre affaire mais ne connaissez pas dans quel créneau vous commencer ? Ce thème va vous aider à trouver une idée qui correspond à vos inspirations et à vos compétences présentes ou qui viennent.

Pour ce faire, des experts partagent des outils pour déceler et analyser une opportunité.

Il y a des personnes qui proposent un ensemble d’idées prêtes à l’emploi.

Il n’en demeure pas moins que votre idée de départ risque beaucoup de ne pas être l’idée qui vous fera réussir.

Combien de startups ont pris un chemin différent de celui prévu pour arriver à un produit ou service différent. Et dans quelques cas, qui n’a rien à voir avec l’activité originale.

III. Comment analyser la viabilité d’un projet d’entreprise ?

Vous croyez avoir une idée ou une innovation qui va faire date, mais vous voulez vous en assurer… Comment faire pour évaluer votre projet, votre produit/service ? Découvrez les 4 secteurs à explorer pour mener à bien votre analyse.

Avant de lancer un projet de création, il est délicat de s’assurer de la faisabilité et de la viabilité de votre activité de l’avenir. C’est une question que se pose tout entrepreneur.

Plusieurs secteurs sont à réviser, les critères :

➪techniques,

➪économiques,

➪marketing,

➪commerciaux.

Pour chacun de ces secteurs, il faut poser les bonnes questions pour confirmer point par point le bien-fondé de votre offre, de votre cible, de votre entreprise, des moyens en disposition…Votre Business plan n’en sera que meilleur !

Comment créer une entreprise ?

1. La viabilité technique de votre projet de création

1️⃣Quelle est la faisabilité technique de votre projet ?

Pour un produit d’innovation, le concept de la faisabilité technique doit être au centre de votre analyse. Des critères technologiques mal maîtrisés vont générer davantage un coût de revient qui s’envole, au pire, la mort « technique » de votre innovation.

Il n’est ainsi pas possible de faire fi d’une qualification technologique qui mérite ce nom.

2️⃣Quelles sont les conditions de mise en place industrielle ? Quels sont les moyens de production ? Avez-vous le pouvoir de rassembler les compétences techniques pour le produire ?

Aussi pertinente votre idée soit-elle, assurez-vous que le passage du prototype à la série se fera sans cumul. Les moyens de production doivent être analysés pour en calculer le coût.

Pensez également aux procédures et méthodes pour la fabrication de l’avenir : faire l’intégration des ressources en interne ou la sous-traitance de la production à une entreprise tierce. En somme : déterminez une réelle stratégie industrielle !

3️⃣L’innovation est-elle concernée par des normes ? Est-elle soumise à des règlementations particulières ?

Tout projet doit commencer par une analyse législative. Vous devez définir et prendre en considération les normes et autres règles en vigueur. Négliger cette étape aura une influence directe sur la production d’un produit qu’il ne peut pas être vendu.

4️⃣Existe-t-il des brevets qui pourraient vous être opposés ?

Il ne faut pas dévaloriser ce risque juridique qui pourrait anéantir votre projet. Imaginez la situation : vous avez créé vos pré-séries et essayer de les commercialiser. Brutalement, un de vos concurrents vous attaque pour la contrefaçon…

2. La viabilité économique et financière

✅Votre projet sera-t-il rentable ?

La marge résultant de l’exploitation permet-elle d’atteindre vos objectifs financiers ? Quels sont les coûts ? Comment se fait la répartition des charges fixes et variables ?

Ce point est intéressant, car il explique le pouvoir de l’entreprise à faire face à des aléas : retard de montée en puissance de l’activité, stagnation des résultats..etc.

Une analyse financière est indispensable pour bien appréhender les différents ressorts de la productivité et de la viabilité.

✅Quel niveau de financement votre projet requiert-il ?

Il vous faut ensuite vous occuper des aspects financiers et prévisionnels : compte de résultat (bilan) et plan de financement prévisionnel .

Dans les parties passées, vous avez cerné les limites du projet. Vous êtes désormais en mesure d’estimer l’enveloppe budgétaire qu’il faut pour concrétiser votre idée. Vous avez évalué les besoins qu’il vous faudra financer. Il faut également faire attention à ne pas dévaloriser le financement de l’exploitation par l’intermédiaire du besoin en fonds de roulement.C’est une erreur fréquente, notamment pour les entreprises à forte croissance comme les startups. Le développement accéléré de leurs activités induit de forts besoins de financement qui ne peuvent être satisfaits par les excédents induits par l’exploitation.

✅Avez-vous les ressources qu’il faut pour le financement de votre projet ? Où trouver des financements complémentaires ?

Une fois les investissements estimés, la question est de savoir si vous avez les moyens de financement des coûts d’investissement et d’exploitation.

Si vous êtes dans l’impasse, vous devez ainsi étudier la possibilité d’utiliser des ressources extérieures : Business Angel, capital-risque, subventions..etc. La question donc qui se pose concerne l’attrait de votre projet pour des investisseurs.

3. La viabilité marketing ou l’existence d’un marché rentable

L’étude de marché prend son sens entier pour confirmer les points marketing.

↪ Quels sont les usages (ou pas) de votre offre d’innovation ?

C’est la question basique à vous poser : à quoi sert votre produit ? La réponse ne se récapitule pas facilement à en énoncer l’usage de base, mais les dimensions qui donnent de la valeur au produit (ou service).

Par exemple, pour une friteuse (même révolutionnaire), l’utilisation principale est de faire des frites…Il est plus raisonnable de réfléchir en termes de système d’usages. Votre produit est destiné aux consommateurs de frites (c’est clair), qui possèdent un peu de temps pour les préparer, ont très peu de place pour ranger leur électroménager (votre innovation de base est que votre friteuse est pliable!)..etc.

↪ Quel est votre marché ? Comment l’évaluer ? Qui sont vos clients potentiels ?

Créer un « super produit pratique » et révolutionnaire, c’est excellent. Néanmoins, ça n’est pas suffisant… Encore faut-il trouver des clients ! Or, plus votre produit est d’innovation, plus il est difficile d’évaluer le marché et les prospects cibles.

Précisément, ce n’est pas uniquement le caractère d’innovation qui va rendre difficile cette analyse, mais également le fait que votre produit s’oriente à de nouveaux types d’usage, qu’il cible un marché qui n’est pas encore existant. Toutefois, vous devez avoir une idée claire sur le potentiel et la structure du marché que vous ciblez.

↪ Quelle est la concurrence ? Les acteurs ? Leurs produits et services ? Leurs forces et faiblesses ?

Si quelqu’un possédant un projet prétend qu’il n’a pas de concurrents, ce n’est pas certain ! La concurrence n’est pas toujours directe. Les producteurs de montres par exemple pourraient témoigner…Ils font face à d’autres types de dispositifs qui donnent l’heure. Le plus connu est le smartphone.

Une concurrence qui ne se voit pas facilement et qui, pourtant, vient diminuer les ventes de montres…Dans ce cas, un outil très efficace à utiliser pour votre analyse de concurrence est le modèle de Porter : les 5 forces concurrentielles. Il permet, en effet, une analyse détaillée de tous les types de concurrence.

à quel prix pouvez-vous commercialiser votre innovation ? Ferez-vous assez de marge à ce prix là ?

Ce qui va lancer l’achat sera le fait de percevoir que vos prospects auront du rapport valeur apportée/prix. Cette formule se voit simple, mais qui synthétise des éléments complexes. La valeur perçue regroupe plusieurs éléments : les besoins des prospects, leurs motivations, l’offre de la concurrence…

Ainsi, on peut comprendre l’importance de la désignation des tarifs pour rendre ce rapport pertinent. Une fois le prix optimal fixé, sa confrontation avec le coût de revient va donner la marge qui existe au final. Est-ce suffisant pour assurer la viabilité économique de votre projet ?

4. La viabilité commerciale

Interrogez-vous sur votre pouvoir de commercialisation de votre offre.

➡ Quelles compétences sont obligatoires pour commercialiser votre innovation ?

Quel profil de commerciaux faut-il pour recruter ? Des profils techniques précis ? Des expérimentés ? Des vendeurs spécialistes sur un domaine bien défini ?

Si vous voulez commercialiser vous-mêmes votre offre, maîtrisez-vous les techniques de vente ?

➡ Votre cible était-elle identifiable et accessible ?

Savez-vous comment communiquez avec vos prospects potentiels ? Il peut être quelques fois difficile de toucher une cible quelconque. C’est également le cas lorsque le ciblage se base sur des comportements. Dans ce cas, aucun critère descriptif n’est performent.

Il faut remarquer tout de même que les activités se basant sur Internet fournissent des opportunités de ciblage très riches selon la navigation sur le site web, des comportements d’achat..etc.

➡ Quels réseaux de vente allez-vous utiliser ?

L’analyse porte sur les circuits de distribution efficaces pour commercialiser votre offre : vente directe, par des distributeurs, vente online..etc. à la base du profil des commerciaux cerné dans le point qui a précédé, vous devez définir comment procéder pour proposer le produit au consommateur.

Vous vous demandez peut-être pourquoi se poser cette question à cette étape du processus ? La réponse est claire : si votre innovation demande l’utilisation des réseaux commerciaux qui vous sont inaccessibles, la viabilité du projet est mise à mal.

Cette inaccessibilité pouvant s’expliquer par des contrats d’exclusivité, des réseaux associés à des concurrents existants. Mais justement par une implantation commerciale qui demanderait un billet d’entrée incohérent avec votre budget prévisionnel…

Enfin, pour valoriser la viabilité de votre projet entrepreunal, il vous incombe d’étudier les aspects techniques, marketing, commerciaux et financiers.

Important : une étude non linéaire, mais qui fonctionne par bouclages successifs. Par exemple, un blocage au niveau du pouvoir financier peut engendrer une redéfinition de l’actionnariat.

Cet article fournit quelques chemins de travail et de réflexion. Il vous reste le fait de creuser votre sujet pour vous garantir le succès prochain de votre activité qui sera créée.

IV. Quel nom pour votre entreprise ?

Votre approche est prête, le prévisionnel est affûté…c’est clair, mais il reste encore un point, repoussé de jour en jour… le nom de votre entreprise ! Il s’agit d’un réel casse-tête pour trouver un nom qui respecte plusieurs conditions. On commence par sa disponibilité !

1. Les enjeux du nom de votre entreprise

En start-up, micro-entrepreneur ou SARL de famille, on a plusieurs tâches à réaliser à l’instant de lancement d’une activité : établissement du business plan, formalités d’immatriculation au Registre de Commerce et des Sociétés, recherche de fournisseurs..etc.

Trouver le nom de l’entreprise est normalement le point le plus ludique dans votre to-do-list. Mais les problèmes surviennent à l’instant de vous y atteler ! Le champ des possibles en effet est presque infini, et pour autant vous êtes encadré par de telles contraintes légales et opérationnelles. Le choix du nom de l’entreprise n’est pas sans impact sur votre notoriété :

➪Choisissez un nom facile à retenir : le client doit pouvoir mémoriser facilement le nom commercial de votre entreprise. Il le diffusera à son entourage ce qui facilite votre évolution, il l’utilisera aisément comme mot-clé lors de ses recherches sur le net pour consommer votre produit/service.

➪Trouvez un nom qui sonne bien : la sonorité des mots est intéressante, dans le cas où le nom de l’entreprise à vocation à être prononcé oralement ! Selon les sons, vous ne diffusez pas la même image. En effet, la dénomination laisse entrevoir les valeurs de marque.

➪Privilégiez un nom évocateur : au moment de lancement, vous êtes inconnu. N’hésitez pas à choisir un nom plus ou moins descriptif en rapport avec votre demande d’activité. Cela facilite l’identification de votre entreprise, et par conséquent accélère votre notoriété.

➪Le nom de votre entreprise doit vous distinguer de vos concurrents : évitez la confusion chez le consommateur, d’abord pour éviter d’être accusé de concurrence déloyale, et puis pour vous mettre en place une identité propre.

Le nom de votre entreprise représente votre dénomination sociale (raison sociale) : il va apparaître sur tous vos documents commerciaux. Mais il s’agit justement de trouver un nom de marque, qui va figurer sur l’enseigne et va étiquetter les produits que vous créez. Anticipez ainsi la production et la déclinaison des logos en se basant sur ce nom.

2. Les 4 erreurs à ne pas commettre

➪Faites attention à la traduction vers d’autres langues ! Veillez à séléctionner un nom prononçable dans toutes les langues, et pensez à votre expansion à l’international prochainement…

➪Ne vous laissez pas s’orienter vers la tendance actuelle, le nom de l’entreprise va vous suivre longtemps et il serait dommage qu’il se démode.

➪Evitez les indices géographiques. Si ce n’est actuellement, vous aurez peut-être des velléités de développement à terme hors votre emplacement géographique initial.

➪Veillez à ne pas négliger les droits d’auteur (propriété intellectuelle). à défaut, vous risquez d’être poursuivi à cause de la contrefaçon.

3. Les étapes pour trouver le parfait nom d’entreprise

1️⃣Brainstormez

Quel est votre client type ? Quels messages voulez-vous diffuser ? Ces interrogations représentent un point de départ excellent pour choisir le nom de l’entreprise. Sur cette base en effet :

➪Vous captez également le persona : vous imaginez des noms qui suscitent l’intérêt du client cible tout de suite.

➪Vous optimisez le taux de conversion : vous vous garantissez qu’il découvre une offre de produits/services compatible avec le message transmis.

2️⃣Short-listez

Pour choisir votre appellation commerciale vous devez intervenir le maximum de personnes. Non seulement vos associés, mais tout votre entourage. Cette étape vous assure l’établissement d’une liste plus courte.

3️⃣Choisissez un nom d’entreprise disponible

Vous ne devez pas choisir un nom de marque déposée (à l’INPI). Vous devez donc vérifier la disponibilité des noms de votre short-list en amont, en se basant sur les marques.

Attention : le nom d’entreprise ne peut pas être similaire à une marque déposée ou à tout autre titre protégé (propriété intellectuelle). Le recours à un spécialiste peut être judicieux pour vérifier que vous ne touchez pas à des droits de Propriété Intellectuelle, pour éviter les litiges au futur…

Autre limite d’ordre pratique : essayez de vérifier la disponibilité du nom de domaine qui peut s’associer au nom de l’entreprise. Certains sites recensent les noms de domaines existants. Vous pouvez les voir pour vous assurer de pouvoir développer un site web avec une Url conforme au nom commercial.

4️⃣Sécurisez votre actif

Une fois votre choix établi, verrouillez-le !

Déposez le nom en tant que marque (chez l’INPI). Attention : les noms génériques ne peuvent pas être protégés (par exemple « table en bois »). Aussi, trouvez un nom original (nouveau et distinctif).

N’oubliez pas enregistrer votre nom de domaine. Vous pouvez y procéder même si votre site n’est pas encore en marche.

4. Le générateur de nom d’entreprise, un outil innovant

Vous n’êtes pas à l’aise avec l’invention des noms ? Vous voulez plus d’inspiration ? Des générateurs automatiques de noms d’entreprise en ligne (parfois gratuits) peuvent vous aider ! Rentrez votre mot-clé pour obtenir des idées originales prêtes à utiliser. Il y a des outils de génération de noms vérifient leur disponibilité worldwide.

Laisser un commentaire