Comment booster votre carrière ?

Certains se posent ces questions s’ils désirent vivre pleinement leurs ambitions de gérer la carrière. Mais aussi dans le cas où ils sont déçus de leur poste actuel et pensent à évoluer dans leur carrière.

Quelles sont les alternatives ?

2 volets sont possibles : rechercher une nouvelle opportunité dans une autre entreprise par une nouvelle orientation professionnelle ou bien chercher une évolution de carrière en interne.

Pour rechercher un autre poste il faut prendre un peu de risque pour faire évoluer votre carrière professionnelle. On sait ce que l’on laisse, mais on ne sait pas ce que l’on attend dans le nouvel emploi qui représente votre seconde partie de carrière :

-nouvelle entreprise.

-nouveau parcours professionnel.

-nouveaux collaborateurs.

-nouvelle expérience professionnelle

-nouveau plan de carrière

-..etc.

Mais avec ce choix l’ascension peut s’accélérer. Le poste de rêves deviendra peut être réalité avec cette évolution de votre carrière.

Évoluer ma carrière en interne peut comprendre comme même le risque. C’est vrai que l’environnement est connu, mais une promotion (évoluer son parcours professionnel et devenir manager ou entamer le leadership par exemple).

Il peut générer de la jalousie chez les collègues au job qui ne vont pas hésiter, à la moindre possibilité, de vous mettre par exemple, sans doute, le bâton dans les roues.

I. Comment booster votre carrière : Mes conseils

1. Affinez votre projet professionnel

Il ne faut pas faire l’improvision de sa montée en compétences ou l’évolution de sa carrière, il faut réfléchir bien à propos de son projet !

-Pourquoi souhaitez-vous booster votre carrière ? Car tout simplement vous vous ennuyez dans votre occupation actuelle, car vous cherchez une augmentation de rémunération…

Selon la cause, vous n’allez plus faire les démarches de la même façon.

-Fixez bien vos objectifs : vous voulez devenir manager ? Vous viser occuper le poste actuel dans un autre domaine d’activité peut être ? Vous voulez devenir plus autonome lors d’une transition professionnelle ?

-Quel moment (timing) ? Vous mettrez les bouchées doubles si vous souhaitez retraiter tôt. Si vous visez des fonctions hiérarchiquement hautes, la progression de carrière doit se planifier à long terme. Assurez-vous en revanche du bon timing : vous n’allez pas vous déménager bientôt ou vous avez des enfants en cours..etc.

-Prévoyez les risques : une telle surcharge de travail, de nouveaux collaborateurs… vous êtes menacé par des désillusions ! Anticipez votre gestion de carrière pour y être préparé en cas de besoin.

Poser toutes les questions convenables et prenez votre temps : votre stratégie en dépend.

2. Regardez le marché

Lors de la reprise économique, le marché vit un tournant et vous pouvez en créer une opportunité. Pour construire un projet professionnel de nouveau, vous aurez 2 options :

-développement de carrière en interne ou mobilité interne.

-recherche d’emploi et Changer d’employeur.

Aucun horizon satisfaisant en égard à vos ambitions ? 3 alternatives s’envisagent pour booster votre carrière :

-Mobilités : partir à l’étranger.

-Réaliser une carrière différente : créer votre entreprise !

-Deuxième partie de carrière : changer de métier.

3. Montez en compétences… et gagnez en assurance !

Tout comme vous cherchez l’entreprise qui va tirer parti de vos compétences de façon plus meilleure, votre prochain employeur est en recherche du bon candidat : soyez attractif en job !

-Faites votre bilan de compétences et identifiez vos points forts pour pouvoir les mettre en avant, et corrigez vos défauts.

-Formez-vous continuellement pour faciliter votre insertion par la formation professionnelle.

-Apprenez à vous vendre sans entretien professionnel.

4. Soignez votre e-réputation pour obtenir votre nouveau poste ou votre promotion

Vous êtes maintenant disponible, il reste le passage à l’action. Réseauter est primordial pour booster votre carrière, et les nouvelles mœurs renderont la mission plus facile favorisant votre épanouissement.

Affichez sur LinkedIn par exemple un profil vendeur, et appuyer vous sur sa puissance pour trouver des nouveaux contacts et pouvoir vous faire chasser en gérant votre plan de carrière !

Vous cherchez à obtenir une promotion interne ? Créer du réseau est toujours une arme puissante pour orienter votre carrière : en mettant votre présente entreprise en concurrence avec d’autres en recherche active d’activité professionnelle.

Vous aurez plus de chance que votre employeur comprenne mieux vos qualités et votre situation professionnelle. Pour vous accorder la promotion ciblée, de façon à vous fidéliser et faire progresser votre carrière dans le marché d’emploi…

5. Intégrez-vous

Vous avez atteint votre objectif ? Pour avoir plus de confort et de sérénité dans votre nouveau poste ou nouvelle évolution professionnelle, vous devez prendre les précautions en vigueur pour envisager une carrière.

Avancer petit à petit, après avoir connu les méthodes et le collaborateur en question, sans pour autant oublier de vous affirmer. Il faut savoir comment développer l’assertivité professionnellement.

II. Résilience : rebondir après un échec professionnel

« Le seul homme qui ne commet plus de fautes est celui qui ne fait rien ». Cette citation explique l’importance de l’échec au milieu de la réussite elle même. Pouvoir résilier vous assure le rebond suite à un écueil essentiel de sa carrière.

Nous passons toujours un ensemble d’épreuves au cours de notre vie (vies personnelles ou parcours professionnels). Nous pouvons tout le temps commettre des erreurs, essuyons des revers… de façon qui diffère entre les gens notamment dans leur activité professionnelle.

Nos réactions ne sont pas toutes de même façon lorsque les contraintes et autres embûches nous rencontrent voire nous obligent à revenir vers le point départ et impactent notre employabilité.

S’il y a quelqu’un qui va ruminer et se laisser submerger par les émotions négatives. Il y a des autres, une fois le coup encaissé, vont montrer une propension considérable à se relever et avancer encore avec plus de solidité.

1. Tomber pour mieux se relever

Cependant, chanceler n’est pas le problème…Ce qui est important, c’est de connaître qui s’est relevé dans ses cendres. Pourquoi et comment ? Qui, après avoir été brulé une fois, a commis la même faute une autre fois ou plus ? Qui a tombé à nouveau professionnellement ? Des questions vraiment très liées à bien y réfléchir…

Quelle est donc cette puissance ? D’où vient cette capacité à se relever plus aisément et plus vite qu’autrui ? Tous les gens sont-ils capables de se remettre debout après un éventuel échec ? Comment plier devant les orages sans se rompre ?

Comment booster votre carrière ?

2. Qu’est-ce que la résilience ?

Ce mot veut dire la capacité psychologique de quelqu’un à gérer un stress ou un traumatisme de façon à continuer sa vie sereinement et avancer sa carrière. Sans être attaqué par une dépression ou une anxiété.

Les personnes considérées résilientes comprennent que les échecs représentent une source d’opportunités et de connaissance de soi plus approfondie pour évoluer dans sa carrière.

Elles ont compris qu’il était imbécile de ne pas connaître ses faiblesses peu importe la cause. Elles ont intégré qu’il vaut mieux par contre, les définir, les traiter, les accepter pour une meilleure compréhension et ainsi la correction et le perfectionnement.

Autrement dit : savoir se relever après une chute. Elles s’inspirent de tous les obstacles rencontrés professionnellement.

Néanmoins, elles n’ont pas peur d’approuver avoir déjà commis des erreurs. Certaines sans danger, d’autres véritablement à des conséquences assez lourdes sur leur bilan de carrière…

Par ailleurs, en identifiant leurs erreurs et faire le point sur leurs défauts, les résilients auront passé une étape importante : être objectifs envers eux-mêmes.

Ils se connaissent, conscients de ce qu’ils valent, de leurs atouts, de leurs points forts, de leurs capacités et de leurs points faibles dans le marché d’emploi ce qui est utile pour toute tentative de réorientation.

Ces aptitudes de ne pas se laisser menacés des obstacles et des différents échecs sont donc des forces majeures. Il suffit de garder en tête que quelquefois, les effets immédiats d’un échec peuvent rendre le rebond rapide très difficile, voire impossible surtout lors d’un entretien d’embauche visant des transitions de carrière.

3. Quels sont les avantages qu’offre cette aptitude à rebondir après un échec ?

Pouvoir rebondir est important dans le milieu professionnel. En effet, les échecs sont les barreaux de l’échelle qui arrivent au succès. Ainsi, la résilience outre les bienfaits qu’elle offre au niveau personnel (meilleure gestion de stress, adaptation…).

C’est un paramètre de plus en plus demandé et très apprécié par les employeurs d’aujourd’hui et les services de gestion des ressources humaines.

Quand vous êtes en train de chercher à embaucher un nouveau employé, essayez de prendre ceci en compte lors de votre sélection. Une personne résiliente peut par exemple :

-gérer les tensions convenablement.

-prendre le recul nécessaire en prenant les décisions surtout urgentes.

-être proactif et efficace, même en situation stressante.

-être constructif.

-faire facilement face aux nouveaux défis.

-prioriser de façon naturelle.

-devenir inspirant.

-accompagner ses collaborateurs dans tout changement.

-..etc.

Savoir rebondir est certainement un signe de bonne santé physique et psychique.

4. Comment devenir plus résilient ?

Assumer ses fautes et se remettre en question pour progresser de manière plus meilleure est atteignable. Ceci demande cependant une volonté d’évoluer sa carrière.

Je vous cite quelques pistes vous aidant à cultiver et développer votre pouvoir de résilience :

-évitez de réagir immédiatement (à chaud).

-Apprenez la gestion de stress. Il faut avoir un taux minimal de pression pour avancer de façon dynamique. Néanmoins, il est dommageable de se laisser face à un stress négatif qui peut nous pousser vers le fond.

-Arrêtez les ruminations tournant dans votre for intérieur de façon continue.

-Gardez votre courage.

-Apprenez à dire non et à demander de l’assistance.

-Soyez honnêtes avec les autres et avec vous-mêmes.

-Oubliez votre orgueil et votre fierté.

-Prenez parfois du recul.

-Révisez vos erreurs en tentant de comprendre l’origine de dysfonctionnement.

-Atteignez la profondeur des choses.

-Réflechissez aux critiques qui vous sont été remarquées à froid.

-Corrigez vos erreurs.

-Ne soyez pas peur du changement. Pour évoluer et ne plus tomber dans la même faute, il faut bien créer le changement en vous-même.

-Respectez-vous et ayez confiance en vous .

-Laissez-vous être entouré par des personnes positives qui choisissent les mots justes pour vous encourager et vous aider à prendre le recul nécessaire.

-Fixez dans votre intérieur la nouvelle aptitude quand vous surmontez vos échecs.

III. Comment négocier une augmentation de salaire ?

Cherchez les clés de réussite de votre négociation de salaire avec le DRH : votre motivation, le choix du moment convenable pour discuter, les étapes nécessaires pour mettre toutes les chances dans votre côté.

Chaque section a une stratégie qui permet de tirer les débats dans son sens. On ne saurait rappeler les enjeux pour chaque personne.

D’une part, obtenir une rémunération attractive qui coincide avec ses objectifs. D’autre part, maîtriser sa masse salariale , garder l’équilibre dans son système salarial ainsi que l’implication de ses collaborateurs en assurant leurs motivations.

Comment aborder le sujet ? Quelles étapes suivre ? Que faire en cas de refus ?

Si nous possédons un conseil unique pour vous. Ce serait de vous mettre à la place de votre employeur et d’imaginer quelles seraient les causes qui l’encouragent à vous offrir une augmentation de salaire.

1. Pourquoi demander une augmentation salariale ?

Plusieurs raisons poussent à parler chiffres avec l’employeur.

La rémunération est inférieure au minimum légal

La loi et les conventions collectives obligent les employeurs à respecter une valeur salariale minimale. Au delà du SMIC (ou minimum conventionnel), l’entreprise est en situation irrégulière dans laquelle :

-L’employé n’est pas obligé de négocier une augmentation salariale : par simple demande, l’employeur est obligé à corriger sa rémunération pour atteindre le montant légal (conventionnel). L’employeur doit, cependant, donner un rappel de salaires avec des dommages et intérêts en plus.

-S’il n’est pas satisfait, l’employé peut introduire une action devant le Conseil de Prud’hommes. Un salaire inférieur au SMIC (minimum conventionnel) représente un motif de prise d’acte de la rupture du contrat de travail signé entre l’employé et son recruteur.

L’employé estime que son salaire n’est pas suffisant

Plusieurs causes peuvent pousser le salarié à demander une revalorisation de sa rémunération. Il est intéressant de prendre exactement conscience de ces causes, car elles peuvent être utilisées comme des arguments pour convaincre l’employeur.

-En relation avec des critères objectifs : ancienneté dans l’emploi, durée d’expérience, niveau hiérarchique, responsabilités, coaching, secteur d’activité… le salarié se sent défavorisé devant ses collègues qui occupent le même poste (dans les mêmes conditions) ailleurs.

-L’employé imagine que l’entreprise se développe et qu’il est en train de participer activement à sa croissance, il voit illégal de ne pas être rétribué par conséquent.

-Le salarié est « chassé » : une société concurrente peut proposer le même poste avec une rémunération plus intéressante pour l’encourager à faire une reconversion professionnelle.

Peu importe la raison qui provoque des prétentions salariales à la hausse, rarement l’employeur propose une augmentation de façon spontanée. L’employé doit se rompre à l’application délicate et anxiogène de la négociation.

2. Choisir le bon moment pour négocier son augmentation de salaire

Pour augmenter votre chance, vous avez intérêt dans l’attente d’un contexte propice. De nombreuses occasions se prêtent exceptionnellement à discuter une augmentation salariale :

-L’employeur est mieux capable d’offrir une augmentation quand son entreprise dépasse avec succès une phase de croissance.

-Il se voit logique de prétendre à une augmentation salariale dans un entretien annuel d’évaluation ou d’une évolution de poste, ou suite à une formation de qualification qui permet une évolution de carrière.

Au contraire, il convient d’éviter l’entrée en négociation, ou du moins d’ajourner la demande, dans les situations suivantes :

-En forte activité : pendant l’été dans une station balnéaire par exemple, l’entreprise devient sous pression et l’employeur n’a pas également envie de traiter ce sujet.

-L’employeur fait le licenciement ou la restreinte de ses budgets : l’employé n’a pas beaucoup de chances de voir accepter sa demande d’augmentation et ses souhaits d’évolution.